Signer la pétition

Petition

Pas de génie génétique par la petite porte!

Pétition au Conseil fédéral et au Parlement

Contexte

Depuis des décennies, on nous promet que les plantes génétiquement modifiées sont la clé pour éradiquer des problèmes tels que la faim dans le monde, la pollution par les pesticides, les ravageurs ou la malnutrition. Jusqu’ici, ces promesses sont restées lettre morte. En réalité, les techniques de génie génétique n’ont fait que renforcer l’industrialisation de l’agriculture, avec sa cohorte d’effets négatifs sur l’homme et sur l’environnement. Depuis 20 ans que les OGM sont commercialisés, les dégats générés par cette forme d'agriculture sont considérables.

Ces derniers 5 ans sont apparues de nouvelles techniques de génie génétiques permettant d’intensifier le nombre et la diversité des modifications faites aux organismes vivants. Les mêmes arguments sont utilisés pour que ces nouvelles techniques de génie génétique, plus puissantes et moins chères, puissent échapper au cadre réglementaire lié au génie génétique. Résultat : des OGM banalisés et dissimulés !

La dérégulation impliquerait que des plantes et des animaux pourraient se retrouver dans les assiettes des consommateurs suisses sans qu'aucune évaluation environnementale ou sanitaire ne soit menée ou exigée. Plus aucun étiquetage et aucune traçabilité ne serait possible. Des OGM par la petite porte!

Nous n'en voulons pas ! Nous exigeons que ces nouvelles techniques soient régulées selon le cadre réglementaire lié au génie génétique.
Ceci car toutes les techniques utilisées sont des techniques d'ingénierie génétique et que tous les produits qui en résulte sont des OGM !


Pourquoi cette pétition est importante

Un OGM reste un OGM
Les nouvelles techniques de modification génétique sont souvent qualifiées de nouvelles techniques de « sélection végétale ». Cette expression est trompeuse. Ces organismes sont modifiés en laboratoire par des ciseaux moléculaires ou par interférences à ARN. Le génome des organismes vivants est directement modifié in vitro en éprouvette. Un produit résultant d’une modification génétique doit être étiqueté et réglementé en tant que tel. C’est la seule manière d’assurer une véritable liberté choix aux agriculteurs et aux consommateurs.

Les techniques changent, les risques demeurent
Les nouvelles techniques de modification génétique devraient être plus efficaces pour modifier l'ADN en une séquence déterminée. Ceci ne garanti pas que les organismes produits soient plus sûres ou plus maîtrisables. Il est impossible d’exclure des effets imprévus sur le génome ou la physiologie de l'OGM, d’où la nécessité d’évaluer les risques potentiels pour la santé et l'environnement, conformément au principe de précaution. Or seule la loi sur le génie génétique garantit une telle évaluation.

Mettre en avant la qualité plutôt que créer des problèmes coûteux
La Suisse est trop petite pour accueillir des plantes génétiquement modifiées (PGM). La séparation des différentes filières alimentaires serait trop coûteuse et irréalisable sur le plan logistique. Les agriculteurs désireux de se passer d’OGM en feraient les frais. L’agriculture suisse joue la carte de la qualité pour se démarquer. Renoncer aux OGM en est la conséquence logique.

Garantir le bien-être des animaux
Les nouvelles techniques de génie génétique sont également utilisées pour modifier des animaux de rente pour intensifier davantage le secteur de l'élevage; ceci avec un effet négatif sur la santé et le bien-être des animaux.

Diversité dans les champs plutôt que monoculture sortie du laboratoire
L'utilisation d'OGM renforce l'industrialisation de l'agriculture, qui mise sur la concentration des terres, une mécanisation intensive et la vente de pesticides et d’engrais qui nuisent à l’environnement et mettent en péril les fondements de notre production alimentaire. Ce dont nous avons besoin, ce sont de petites fermes qui pratiquent une agriculture agroécologique qui mise sur les êtres humains et la biodiversité dans les champs sans OGM.

Faim dans le monde : les OGM sont une mauvaise réponse
La faim dans le monde est une question politique. Pour la combattre, il faut implémenter des solutions simples, abordables et locales qui visent à nourrir les gens et rendre autonome les familles paysannes. Le génie génétique ne constituent pas la bonne approche car ce sont des techniques gourmandes en capitaux et brevetées qui accentue la dépendance des familles paysannes à l'agro-industrie. Le génie génétique accentue aujourd‘hui les déficiences qui tuent les gens.


Plateforme pour la pétition

Cette pétition en ligne a été réalisée via la plateforme Campax. Campax est une organisation indépendante qui mène des campagnes sur des questions importantes en lien avec l'actualité.

Télécharger le formulaire de pétition

Souhaitez-vous nous aider à recueillir des signatures pour cette pétition ? Téléchargez le formulaire de la pétition et recueillez les signatures des membres de votre famille, amis, connaissances ou lors d’événements.


frontpage nolingual